Une semaine avant Noël.

BLOG

Mardi 18 Décembre. Il ne reste qu’une semaine avant le jour de Noël. Dans quelques jours, il nous faudra emporter dans la valise quelques vêtements chauds, une belle tenue de soirée, un pyjama et nous passerons deux jours express dans la famille de Doudou, en Normandie.

La Normandie… Voilà plus d’un an que je n’y vis plus. Plus d’un an que je me dis : « C’est fini… ». La fin de mes études, le début de la vie active, la première expérience professionnelle, les premiers rêves, la première grande histoire d’amour… J’y ai vécu huit ans, huit ans de joies et de peines, de réussites et d’échecs, d’erreurs et d’apprentissages. Huit ans pendant lesquels à chaque fois que je tombais, je trouvais la force de me relever, et sa main pour m’accompagner. Je ne pourrai jamais oublier ces huit ans qui m’ont changée à tout jamais.

Une semaine avant Noël, et la majorité des cadeaux est encore à acheter. L’emploi du temps de Doudou laisse peu de place aux longues heures passées à flâner dans les boutiques. Nous nous contenterons donc de petits cadeaux que nous irons chercher jeudi pendant une de ses exceptionnelles soirées de repos. Je le prendrai par la main et je croiserai son regard blasé alors que je me promène de rayon en rayon dans l’une de mes boutiques préférées (le Furet du Nord), me perdant entre les livres en tout genres et les loisirs créatifs…

Voilà plus d’un an que Doudou partage ma vie. J’ai toujours osé à peine y croire quand l’amour frappe à ma porte. J’ai tant donné et tant pleuré. Avant lui, j’ai aussi tant aimé. Aujourd’hui, et depuis plus d’un an, je me reconstruis, et à ses côtés, j’adopte un autre rythme de vie, de nouvelles habitudes. J’apprends à aimer. Depuis plusieurs mois, je cohabite avec la dépression : la soupape a sauté, la coupe était pleine et ça a débordé pendant des semaines avant que je ne me décide enfin à demander de l’aide. J’allais mal. Nous nous sommes apprivoisées elle et moi, tous les matins je lui souris en me nettoyant doucement le visage. Je lui fais même un clin d’œil quand je me maquille et je lui tire la langue avant de partir. Je l’ai reconnue pour ce qu’elle m’apporte de bon. Je me repose et je prends soin de moi. Je profite de l’instant présent sans m’inquiéter de demain. Je trouve le sommeil, le coeur apaisé. Dans la nuit, il paraît que je m’agrippe toujours avec force à son bras. Il m’arrive encore de faire des rêves agités.

Chaque jour, je me redécouvre, et je me dévoile un peu plus. Je me nourris de l’amour qu’il y a autour de moi, de l’amour que j’ai reçu et que je garde précieusement en moi.

Chaque soir, alors que la nuit tombe, il suffit d’appuyer sur l’interrupteur pour que le sapin s’illumine, et pour que le mur du salon se pare de jolies couleurs. Je m’enfouis sous un plaid et je câline le chaton que nous venons d’adopter. A la maison, nous vivons entre un setter irlandais et trois chats. Cela fait beaucoup d’animation ! Je ne compte plus les fois où je prononce les mots « Au tapis ! », « Assis », « Couché » ou encore « Non, non, petit chat, fripouille, ne touche pas à ça. »… ou encore « Et si on faisait un câlin ? ».

Dans une semaine, des morceaux de papier déchirés joncheront le sol et nous aurons offert des cadeaux qui mettront des étoiles dans les yeux de nos proches. Dans une semaine, une année de plus sera sur le point de se terminer quand une autre débutera. Le monde entier célébrera le passage du chiffre 8 au chiffre 9, à quelques heures près. Pour ma part, j’ai simplement envie de fermer les yeux, de me souvenir de la vie qu’était la mienne avant tout ce qui est aujourd’hui, et de sourire. De serrer fort la main de mon amoureux. De dire « Je t’aime » aux personnes que j’aime. De revoir un sourire tendre familier qui me manque tellement. De remercier la Vie pour tout ce que j’ai appris. De lever les yeux vers le Ciel et de prier Dieu de continuer à veiller sur moi comme Il l’a toujours fait. De me promettre de ne plus jamais m’oublier et de vivre en étant fidèle à celle que je suis.

De croquer la Vie à pleines dents.

Premiers mots.

BLOG

Les premiers mots sont souvent les plus difficiles à écrire. Que dire ? Dans quel ordre ? Comment ? Et surtout : allez-vous les lire ? Qu’allez-vous donc découvrir, ressentir ? Allez-vous répondre ? 

Et si je commençais ainsi : Bienvenue. Je suis ravie de vous écrire ce soir.

« Les petits mots doux de Julie » est, sans aucune prétention, un espace d’expression poétique, un partage de rêveries et de douceurs, une diffusion de bienveillance et de tendresse. 

Je pourrais vous raconter ma vie, vous dire ce que j’ai traversé, et puis vous confier qu’il n’y a certainement rien d’unique dans mon passé, que bien d’autres passent par des difficultés et que la vie nous apprend à remonter la pente. La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Cependant, j’ai découvert au cours des dernières années et surtout des derniers mois, que la vie est belle. Le temps passe, le temps file, et rien ne sert de courir. Le temps ne s’arrête pas. J’ai aussi compris que je me refusais d’être heureuse. Ce bonheur qu’on nous vend à tire-larigot, qu’on trouve tout au long des pages des romans de développement personnel. Ce bonheur simple qui fait du bien, celui qu’on rencontre dans un sourire, qu’on entend dans un rire, qu’on échange dans un geste tendre, qu’on partage autour d’un bon repas. Ce bonheur-là. La magie de l’instant présent. 

Je m’appelle Julie, j’ai 29 ans, je suis amoureuse, et la vie est douce. J’ai de l’amour à donner, des sourires à distribuer, des mots doux à partager. Et vous ?

Je m’appelle Julie, j’ai 29 ans, je suis amoureuse et je suis en route pour une douce vie. J’ai de l’amour à donner, des sourires à distribuer, des mots doux à partager. 

Et vous ?