Tribulations de printemps #1

BLOG

Quelle étrange semaine… Quelle étrange semaine !

Il y a eu les nuits chaotiques, entrecoupées de sommeil lourd. Il y a eu les douleurs quotidiennes et la fatigue habituelle. Il y a eu les heures passées à préparer la voiture pour la conduire au garage et l’y laisser, tronquée contre un petit chèque. Il y a eu les nombreux calculs des dépenses et des revenus, des estimations pour le futur. Il y a eu ces musiques écoutées en dansant, ces épisodes de la série documentaire « The Last Dance » sur lesquels j’ai versé des larmes…

Il y a eu la vie, dans tous ces états. Les montagnes russes des émotions. Le début du traitement hormonal et ce désir plus fort encore d’avoir un enfant. Le mariage reporté annoncé aux amis, à la famille et à la mairie. Le vent frais mêlé à la caresse du soleil le temps d’une balade le long du chenal, parfumé des embruns de la mer. La bonne humeur de mon amoureux, et la tendresse de ses bras, notre amour qui brille et qui grandit.

Il y a eu ce nouveau projet professionnel, la plateforme de streaming Twitch et les premières heures de live, excitantes et stimulantes : les échanges et le partage me nourrissent d’inspiration et de reconnaissance.

Il y a eu ces pensées qui tournoient dans ma tête, les mots que je gribouille dans un carnet, les traits que je trace sur les papiers, les couleurs de l’aquarelle et de l’acrylique. Et les premiers éclats de rire de ma nièce qui résonnent dans mon cœur, souvenirs de ce moment passé à lui chatouiller le ventre. Et les sourires de mon frère et de son amoureuse, couple complice devenu petite famille.

La vie, la vie, la vie

Et vous, comment s’est passée votre semaine ? Quelles sont les émotions que vous retenez ? Les choses qui vous ont touchés ?

Vivre le confinement : retour à l’essentiel.

BLOG

J’ai été peu présente ici ces derniers jours. Je vais bien, nous allons bien. J’espère que vous aussi. J’ai vécu ces premiers jours de confinement comme l’opportunité d’agir avec bienveillance et douceur sur notre quotidien, un retour à l’essentiel, le « slow life » comme le concept l’appelle.

J’ai la chance que mon amoureux soit près de moi 24h/24. Nous nous retrouvons : discuter, boire du thé et du café, cuisiner en pleine conscience, dessiner, jouer ensemble aux jeux vidéos, regarder des films d’animation et des séries, s’amuser avec les animaux, aller dans le jardin, s’endormir l’un contre l’autre, se taquiner, rire, se câliner… Tout ça me rend la vie tellement belle et douce !

J’ai un certain nombre de choses à partager avec vous, des idées à transmettre, des projets dont j’aimerais vous parler. Alors je reviens très vite. Je voulais juste vous écrire ces quelques mots : où que vous soyez, prenez soin de vous. Et restez chez vous : ainsi vous protégez votre vie et celle des autres. Le confinement peut être vue comme l’opportunité d’avoir du temps, et de faire ce que vous voulez chez vous, ce que vous n’avez pas eu le temps de faire avant. Le confinement, c’est une pause. L’invitation à s’arrêter pour mieux respirer, pour mieux ressentir.

❤️

Souvenir d’enfance #1- Les gaufres de Mamie

BLOG

Chaque mercredi, je vous propose que nous nous retrouvions autour d’un souvenir d’enfance. Et pas juste mes souvenirs, mais les vôtres aussi s’il vous tient à coeur de partager cette partie-là de votre vie !

Il peut s’agir d’un souvenir heureux comme d’un souvenir malheureux, que vous pouvez évoquer en prose ou en poésie, avec une photo ou avec des mots. Laissez à votre créativité l’occasion de s’exprimer !

Pour participer, rien de plus simple : je vous invite à écrire un article à votre tour, laissez-moi le lien en commentaire, et n’oubliez pas de mentionner mon blog dans votre article. Vos participations seront listées sous mon article de la semaine en cours. Et surtout, n’hésitez pas à participer même si vous êtes en retard.

Alors, ça vous dit ?

Souvenir d’Enfance #1
Les gaufres de Mamie J.

Vous n’êtes pas sas savoir que je suis originaire du Nord et qu’en cette période de l’année est célébré le Carnaval. Hier, c’était Mardi Gras.

Ce jour-là, Mamie J. faisait des gaufres. Pas n’importe lesquelles : les gaufres du Carnaval. Ces très grosses gaufres cuites dans un gaufrier qui devait être très vieux et l’odeur de l’huile et du sucre, de la pâte en cuisson embaumait la cuisine ouverte sur le salon. Je me souviens du goût de la gaufre tiède qui fondait dans la bouche, la saveur du sucre… Je vois encore ces grosses boîtes en plastique qu’elle remplissait de gaufres et qu’elle rangeait dans le buffet sous lequel la tortue hibernait.

Ces boîtes, elle les ressortait dès que quelqu’un rentrait chez elle et il faut bien avouer qu’une gaufre est bien meilleure quand elle est chaude que quand elle a eu le temps de refroidir et de durcir dans la boîte !

***

C’était mon souvenir du jour. Quel est le vôtre ?
A vos claviers, j’ai hâte de découvrir vos participations 🙂

* Les patins à roulettes de Delphine
* La belle fée de Sandra