Patreon et Utip, les réseaux sociaux, les blogs… ou Comment soutenir le travail d’un/e Artiste

ATELIER

Largent, c’est le nerf de la guerre ! Et vivre de sa passion est un rêve bien beau qui très vite peut se fracasser sur les murs des obligations financières : payer le loyer, les factures, la nourriture, le matériel de création, l’abonnement internet, et les imprévus, et….

Seule, je n’y arriverais pas. C’est grâce à mon allocation chômage qui tombe chaque mois que je me suis sentie rassurée et accompagnée. C’est SURTOUT grâce à mon amoureux qui chaque jour va travailler et assure à notre foyer un salaire nous permettant de subvenir à nos besoins. J’ai hérité de l’angoisse de mon père concernant l’argent, et quand j’ai réalisé que je consultais mon compte bancaire plusieurs fois par jour, j’ai compris qu’il fallait dire stop. Je n’ai pas de quoi mettre d’argent de côté actuellement, et CE N’EST PAS GRAVE ! Un jour, oui, mais pas maintenant. Mon allocation s’arrêtera exactement dans 31 jours. Un petit mois.

Alors j’ai fouillé. J’ai cherché à droite et à gauche des petits moyens de faire des économies pour les courses : merci Igraal, Poulpeo et autres plateformes de cashback sur lesquelles il est également possible de trouver des bons de réductions (attention, seuls certaines marques sont concernées, ne vous jetez pas dessus sans comparer les prix !). Avec quelques euros économisés, c’est un petit poids qui s’allège. Et j’en fais un jeu, pour oublier le côté cynique de la chose. L’argent ne fera jamais mon bonheur, mais que c’est dur de vivre dans une société capitaliste !

Et puis, j’ai compris la magie des réseaux sociaux. Instagram est peut-être le réseau qui créé de nombreux complexes et des malheureux, mais j’ai décidé de l’utiliser afin de partager mes créations et soutenir le travail d’autres artistes. Un like, un partage en story, un abonnement…. c’est pas compliqué et c’est gratuit ! Sur Twitter, c’est un peu la même chose, et en cette période de confinement, il y a des personne qui postent des mots lumineux et poétiques, 140 caractères au maximum qui apportent un peu de douceur au quotidien. Si beaucoup dénigrent Facebook aujourd’hui, on trouve tout de même des pages inspirantes et des groupes sur lesquels échanger et faire de belles rencontres. Les blogs sont une mine d’or, et une visite, un like sur un article, sont autant de petites choses gratuites qui encourageront un/e artiste à continuer.

La clé, j’en suis arrivée à cette conclusion, c’est d’assumer qu’on vive une vie différente ; on choisit peut-être de poser des priorités là où notre entourage et la société nous traiteraient de rêveurs naïfs, mais si la vie est plus belle et plus douce ainsi, pourquoi renoncer au bonheur et à l’équilibre ?

Mes réseaux

Instagram : des instantanés de vie, des illustrations
Twitter : 140 caractères tout doux
Facebook : une page pleine de petits billets spontanés
Youtube : des vlogs, des storytime…

Pour me soutenir financièrement
Utip : c’est gratuit pour vous, pour chaque pub que vous visionnez, je touche 1 centime – et les pubs ne durent pas plus de 30 secondes !
Patreon (en pause jusqu’à nouvel ordre) : Des abonnements mensuels entre 1€ et 15€ autour du développement personnel et de l’art-thérapie – podcasts, cartes à colorier, illustrations à imprimer…

souvenirs d’enfance #3 : Mémé Aurore

BLOG

Chaque mercredi, je vous propose que nous nous retrouvions autour d’un souvenir d’enfance. Pour participer, rien de plus simple : je vous invite à écrire un article à votre tour, laissez-moi le lien en commentaire, et n’oubliez pas de mentionner mon blog dans votre article. Vos participations seront listées sous mon article de la semaine en cours. Et surtout, n’hésitez pas à participer même si vous êtes en retard. Alors, ça vous dit ?

Ce midi, j’ai déjeuné avec Maman et on a mangé une omelette au fromage.
J’ai alors eu un flash, un souvenir fugace : le sourire espiègle d’Aurore, mon arrière-grand-mère. Pourquoi à ce moment-là ? J’ai très peu de souvenirs d’elle mais je la reconnais aisément sur les photos. J’ai toujours beaucoup aimé son prénom, j’aurais aimé la connaître mieux mais nous n’en avons pas eu le temps.
Je me suis pourtant souvenu très nettement de son regard rieur et de ce petit sourire qu’elle m’a lancé un jour alors que je mangeais chez mes grands-parents et qu’elle était là. Mamie ou Papy avait préparé du riz et une omelette, et je n’avais plus faim. Malgré les gros yeux de Mamie, je n’arrivais pas à finir mon assiette. Mémé Aurore a alors échangé nos assiettes et m’a intimé de taire le fou-rire qui me traversait !

Crédit photos : https://www.pinterest.fr/pin/466896686342697538/

Dans les rues de Dublin.

BALADE PHOTOGRAPHIQUE

Pour le premier article de la catégorie « Balade Photographique », j’ai fait preuve de patience et j’ai voulu attendre le bon moment. It’s time !

Du 5 au 8 Février, nous sommes partis à Dublin. J’avais eu l’occasion d’y passer un peu plus de 24h en Juin 2015 mais à part un passage rapide dans quelques rues du centre-ville et le jardin du château, ainsi que le sol un peu froid de la section « Enregistrement » de l’aéroport, je n’en avais pas vu grand chose. Et j’étais très heureuse d’y revenir, accompagnée de mon amoureux.

Cet article n’est pas un guide de voyage, mais une collection de clichés autour du thème des portes et façades dans les rues de Dublin, particulièrement dans le quartier résidentiel Drumcondra. A chaque photo prise, j’ai imaginé un peu de ces vies qui se déroulent à l’intérieur des maisons que je visualisais douillettes et où il fait bon se réfugier de l’humidité et du froid pendant les longues journées d’hiver.

Pour plus d’images, vous pouvez consulter ce deux vidéos Travel vlog publiées sur ma chaîne pendant notre voyage :
Dublin by night
Dublin Day 2 : Great Food & City Centre Tour