Twitch : Une nouvelle façon de partager avec vous.

ATELIER

J’ai essayé Etsy.

Pendant un an, j’ai tenu une boutique en ligne sur cette plate-forme qui offre de belles opportunités aux créateurs et créatrices. J’ai reçu avec joie les premières commandes et avec reconnaissance les premiers avis. Et j’ai pâli en voyant la commission que le site se prenait sur les si petites sommes d’argent que je pouvais me faire.

J’ai pris le temps de la réflexion, plusieurs semaines à me demander si j’allais continuer. Je vous en ai parlé en story sur Instagram et vous m’avez remerciée d’avoir été si transparente. J’ai arrêté Etsy parce que je ne m’y retrouvais pas. J’étais la petite aiguille dans la botte de foin et j’avais peur que personne ne vienne me chercher. Alors j’ai fermé la boutique et j’ai voulu privilégier mon site. Ce site.

J’ai essayé Patreon.

Une autre plate-forme pour un autre rendez-vous. J’ai regardé des tas de compte d’artistes pour ne pas faire les mêmes erreurs que sur Etsy. Pour ne plus avoir peur. J’ai proposé des abonnements pour du contenu artistique à visée thérapeutique. J’en ai parlé à mes proches, leur demandant de m’y soutenir un temps, le temps que l’activité se lance, que les statistiques soient positives. Seul mon fiancé a su y répondre. Deux amies sont venues s’abonner et je les en ai grandement remerciées.

J’ai arrêté Patreon, parce que je travaillais beaucoup pour peu de retour. J’avais encore moins de visibilité que sur Etsy. L’angoisse commençait à monter sérieusement.

Angoisses et questions…

Est-ce la peur de manquer d’argent ? Oui et non. Est-ce l’envie de bien faire qui se transforme en pression paralysante ? Peut-être, mais pas vraiment. Vais-je trouver ma place ? Oui, sois patiente. Vais-je réussir ? Aie confiance, ne t’inquiètes pas, tu y arriveras. Auraient-ils raison ? Et si ce n’était pas un vrai travail ? Ne laisse pas leurs inquiétudes te miner, tu sais ce que tu dois faire, n’aie pas de regret.

Et maintenant ?

Je me donne une chance.

Maintenant, je streame sur Twitch. C’est un réseau de personnes qui font et/ou regardent des vidéos live. Le contenu est accessible gratuitement et un(e) streamer.se peut parvenir à monétiser le contenu créé grâce au système d’affiliation et de partenariat. L’audience peut décider de soutenir un(e) streamer.se par un follow (gratuit), un abonnement (payant), des dons, des raids etc… Je découvre avec Twitch, une nouvelle façon de partager mon travail, différente du feed et des storys Instagram, des vidéos travaillées sur Youtube. C’est spontané, authentique, enrichissant et je ressens la joie de dessiner en vous lisant, en vous répondant, en papotant avec vous. Je me sens moins seule aussi.

Quand on me demande comment je vois l’avenir, je réponds que ce ne sera pas différent d’aujourd’hui, si ce n’est que nous espérons avoir un enfant. J’ai fait le choix d’être chez moi, et depuis des portes s’ouvrent : une micro-entreprise créée, des belles commandes préparées, des idées et des projets, une formation certifiant à venir en art-thérapie, et une communauté qui grandit.

J’ai envie de dire : le ciel est bleu, le soleil brille. Je suis fatiguée mais heureuse, professionnellement épanouie et à ma place.

TRIBULATIONS D’APRÈS CONFINEMENT

BLOG

Le jour d’après : a-t-on peur ? Est-on content ? L’angoisse reste sourde et discrète, elle s’immisce dans mes rêves la nuit et agite les réveils. Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, ni de traitement plus ou moins efficace permettant d’éviter souffrance et décès, difficile d’être pleinement rassurée. Mon amoureux tait ses peurs mais je les lis sur son visage parfois fermé et ses yeux perdus dans le vague. Mon coeur faisait tout de même des bonds à l’idée de revoir mes grands-parents, même s’il est encore impossible de les serrer dans mes bras. Je ressens aussi beaucoup d’impatience à l’idée de revoir mon frère, ma belle-soeur et ma nièce, de retrouver quelques ami(e)s…

Que retenir de ce confinement ? Rien n’est acquis. Et nous sommes vulnérables.

J’ai envie de penser que les gens s’éveilleront à l’importance de préserver notre santé, notre environnement et les petits riens du quotidien à chérir tant ils sont précieux. J’ai envie d’observer un changement dans les gestes et les dires de chacun envers les uns et les autres : plus de bienveillance, plus de douceur… et une prise de conscience de la responsabilité que nous portons en nous, dans nos actions, dans nos paroles, comprendre notre rôle à jouer pour éviter que ça ne recommence. Oui, je suis un peu naïve, mais j’ai 30 ans et je crois avoir compris que la richesse la plus importante ne se réduisait pas aux chiffres qui apparaissent sur nos comptes en banque. J’ai soulevé le voile du tabou de l’argent, on a réfléchi à nos dépenses, on apprend à faire des choix différents, et on vit plus heureux, apparaissant peut-être insouciants mais nous nous sentons plus libres.

J’ai la joie d’avoir retrouvé la présence bruyante et joyeuse de mon amoureux, et nous avons découvert le plaisir de cuisiner ensemble et savourons des repas différents, tentant de réduire les kilos de l’amour. Il reprendra le chemin du travail quand la décision sera prise de rouvrir les restaurants et j’espère de tout coeur qu’il aura accès aux protection nécessaires et que clients et collègues seront respectueux.

_______________________________________

Mon atelier a pris forme, je manque encore de meubles de rangement mais je m’arrange de boîtes et autres petites astuces. Les murs de la pièce de vie sont décorés de cartes, de cadres et de lampions de toutes les couleurs, il y a aussi une plante verte et quelques fleurs cueillies pendant l’une des promenades avec Inuit.

Notre petite famille, amputée d’un membre se remet doucement du chagrin de la perte de Tigga, que je garde précieusement dans un coin de mon coeur et de mes pensées, apercevant de temps à autre le fantôme miaulant et affectueux d’une petite boule de poils aux reflets blanc et roux.

_______________________________________

Et vous, comment vivez-vous cet après-confinement ?
Que retiendrez-vous de cette période ?

Tribulations de confinement

BLOG

J’aimerais écrire davantage. Si ce n’est plus régulièrement. Je me souviens de ces heures passées devant mon écran à noircir des pages et des pages des émois de mon coeur de jeune adulte, quand l’amour rimait avec impossible et interdit. Il faut croire que de la souffrance et de l’impatience de revoir celui que j’aimais alors, je tirais une inspiration débordante !

Aujourd’hui, la vie n’est plus la même et partout on entend que ce ne sera plus jamais pareil. On s’y attend, et même, on l’espère. Et si vivre en confinement implique un juste retour à l’essentiel, il met aussi les nerfs et la patience à rudes épreuves. Les jours commencent à se ressembler, et j’oscille entre levers aux premiers miaulements d’un chat affaibli par la maladie entre matinées passées sous la couette par manque d’envie.

Manque d’inspiration ? Non ! Loin de là. Entre deux séries de vidéos à produire pour Youtube dans la quête d’un nombre grandissant d’abonnés afin d’un jour monétiser la chaîne, et les motifs dessinés et répétés sur du papier, les quelques photographies prises ici et là des plats cuisinés et des quelques fleurs croisées pendant les balades du chien, il est sûr que la créativité prend une place majeure dans mon/notre quotidien.

J’ai pourtant dans le coeur, si je me laisse aller aux émotions qui traversent les pensées, une pointe de mélancolie : le temps passe sans qu’un bébé ne s’installe au creux de mon ventre et je ressens parfois cette absence comme un crève-coeur. Pour que quelques minutes plus tard, mon amoureux ouvre ses bras et me rassure, pour que la force de l’amour fasse renaître encore et toujours un peu d’espoir en moi. Face aux douleurs qui m’assaillent et me vident de toute énergie, j’ai parfois du mal à garder un sentiment de bienveillance envers ce corps que j’aimerais différent. Et pourtant…. Il est le témoignage changeant, vivant, de mon passé, la force de mon présent, la sérénité de mon avenir.

Alors quand j’y pense, je me saisis de la plume et je note sur un carnet aux pages marquées de lignes fines ma gratitude pour ce que la Vie offre de beau. J’ouvre mon coeur à Dieu qui sait lire au plus profond de moi et qui exaucera mes prières au bon moment. Je me tourne vers l’Univers à qui je décris mes désirs et j’cris les promesses des jours futurs.