Tribulations de printemps #1

BLOG

Quelle étrange semaine… Quelle étrange semaine !

Il y a eu les nuits chaotiques, entrecoupées de sommeil lourd. Il y a eu les douleurs quotidiennes et la fatigue habituelle. Il y a eu les heures passées à préparer la voiture pour la conduire au garage et l’y laisser, tronquée contre un petit chèque. Il y a eu les nombreux calculs des dépenses et des revenus, des estimations pour le futur. Il y a eu ces musiques écoutées en dansant, ces épisodes de la série documentaire « The Last Dance » sur lesquels j’ai versé des larmes…

Il y a eu la vie, dans tous ces états. Les montagnes russes des émotions. Le début du traitement hormonal et ce désir plus fort encore d’avoir un enfant. Le mariage reporté annoncé aux amis, à la famille et à la mairie. Le vent frais mêlé à la caresse du soleil le temps d’une balade le long du chenal, parfumé des embruns de la mer. La bonne humeur de mon amoureux, et la tendresse de ses bras, notre amour qui brille et qui grandit.

Il y a eu ce nouveau projet professionnel, la plateforme de streaming Twitch et les premières heures de live, excitantes et stimulantes : les échanges et le partage me nourrissent d’inspiration et de reconnaissance.

Il y a eu ces pensées qui tournoient dans ma tête, les mots que je gribouille dans un carnet, les traits que je trace sur les papiers, les couleurs de l’aquarelle et de l’acrylique. Et les premiers éclats de rire de ma nièce qui résonnent dans mon cœur, souvenirs de ce moment passé à lui chatouiller le ventre. Et les sourires de mon frère et de son amoureuse, couple complice devenu petite famille.

La vie, la vie, la vie

Et vous, comment s’est passée votre semaine ? Quelles sont les émotions que vous retenez ? Les choses qui vous ont touchés ?

souvenirs d’enfance #3 : Mémé Aurore

BLOG

Chaque mercredi, je vous propose que nous nous retrouvions autour d’un souvenir d’enfance. Pour participer, rien de plus simple : je vous invite à écrire un article à votre tour, laissez-moi le lien en commentaire, et n’oubliez pas de mentionner mon blog dans votre article. Vos participations seront listées sous mon article de la semaine en cours. Et surtout, n’hésitez pas à participer même si vous êtes en retard. Alors, ça vous dit ?

Ce midi, j’ai déjeuné avec Maman et on a mangé une omelette au fromage.
J’ai alors eu un flash, un souvenir fugace : le sourire espiègle d’Aurore, mon arrière-grand-mère. Pourquoi à ce moment-là ? J’ai très peu de souvenirs d’elle mais je la reconnais aisément sur les photos. J’ai toujours beaucoup aimé son prénom, j’aurais aimé la connaître mieux mais nous n’en avons pas eu le temps.
Je me suis pourtant souvenu très nettement de son regard rieur et de ce petit sourire qu’elle m’a lancé un jour alors que je mangeais chez mes grands-parents et qu’elle était là. Mamie ou Papy avait préparé du riz et une omelette, et je n’avais plus faim. Malgré les gros yeux de Mamie, je n’arrivais pas à finir mon assiette. Mémé Aurore a alors échangé nos assiettes et m’a intimé de taire le fou-rire qui me traversait !

Crédit photos : https://www.pinterest.fr/pin/466896686342697538/

Souvenirs d’enfance #2 : Une balade, un dimanche.

BLOG

Chaque mercredi, je vous propose que nous nous retrouvions autour d’un souvenir d’enfance. Pour participer, rien de plus simple : je vous invite à écrire un article à votre tour, laissez-moi le lien en commentaire, et n’oubliez pas de mentionner mon blog dans votre article. Vos participations seront listées sous mon article de la semaine en cours. Et surtout, n’hésitez pas à participer même si vous êtes en retard. Alors, ça vous dit ?

A l’heure où le vent est frais, je me souviens de ces dimanches matins passés dans le salon devant la télévision avec mon petit frère. Nous aimions nous retrouver devant les aventures de nos super-héros préférés.

Puis il y a ce souvenir-là, spécial, précieux, empli d’éclats de rires. Je me souviens du froid qui rougissait nos joues, des larmes qui coulaient le long de nos yeux. Aucune voiture sur la route, juste la vase glacée le long du chenal et cette odeur salée, iodée qui nous emplissait les poumons. Je me souviens des rires de mon frère, et du casque qui protégeait ma tête. Des protections serrées sur mes coudes, mes genoux et mes poignets. Et de l’air frais que je fendais en glissant sur mes rollers. Je n’avais pas peur. Je me sentais légère, entourée d’amour, heureuse.

Il m’arrive de retomber sur les quelques clichés pris pendant cette sortie du dimanche. Des photos floues, empreintes du vent d’hiver, filtre passé, et de l’innocence joyeuse de l’enfance.

Crédit photo : https://www.pinterest.fr/pin/537476536781950754/

*Ce coin de bord de mer, par Marie
*Au Lavoir, par Sandra