EST-ON VRAIMENT LIBRE DE CHOISIR SA VIE?

BLOG

Je me suis levée avec l’envie de vous parler des fleurs que je regarde, émerveillée, depuis deux jours. Des grands bonds de mon toutou d’amour dans et hors de la mare, et de sa langue qui pend sur le côté, traduisant la joie pure qui l’habite.

Le ciel s’est assombri, mon esprit aussi. Fatigue ? Je ressens le besoin de me confier ici, d’écrire sans penser que mes pensées pourraient blesser. Après tout, elles sont miennes et j’aime croire que ma bienveillance n’est pas légende, j’écris ce que mon coeur murmure sans intention de faire du mal.

Indépendance, émancipation, liberté… Des mots qui font rêver. Des mots après lesquels je cours pour qu’ils se réalisent ensemble, et se conjuguent avec d’autres tels qu’épanouissement, satisfaction, équilibre. Je ne dis pas que j’aimerais que ce soit facile. J’aimerais que ce soit moins compliqué, et que la vie que je mène et que nous menons ensemble ne soit pas la source de tensions, d’inquiétudes, de conversations à demi-mots. J’aimerais pouvoir, j’aimerais savoir transmettre la quiétude et la sérénité qui règnent en moi depuis que nous vivons ainsi, lui salarié en restauration et moi chef de ma petite entreprise individuelle aux revenus aléatoires. Notre vie simple, ponctuée de petites frayeurs financières dont nous nous sortons toujours en serrant les coudes, nous convient. Peut-être n’est-il pas encore temps de faire un bébé alors c’est pour ça que je ne tombe pas enceinte ; peut-être que notre maison est petite et que nous sommes pas propriétaires alors nous ferions mieux de revoir nos choix ; peut-être que nous ne pouvons pas nous payer de vacances et que nous réduisons notre budget courses alors je devrais me secouer les puces et aller chercher un boulot. J’entends tout, je comprends tout, et j’argumente, j’explique, je raconte le pourquoi du comment. Et je m’épuise. Je me fracasse contre cette opposition du système capitaliste qui nous colle à la peau même quand on aspire et qu’on agit à autre chose. Je me brise contre la déception que je lis dans les regards et que je capte dans les conversations. A l’équilibre et l’harmonie trouvés, se conjuguent des mots que j’aimerais ne plus entendre : gâchis, sacrifice, erreur…

Pourtant je suis la voie qui s’ouvre à moi, j’envisage d’autres projets, je continue de grandir en confiance et j’aime de plus en plus la personne que je deviens, la vie que l’on partage. Repoussant la nausée qui monte quand je prends conscience que mes choix peuvent décevoir et inquiéter. Est-ce là l’émancipation ? Prendre ses distances avec le regard et les pensées, les mots de celles et ceux qu’on aime et qui nous ont élevé ? J’aurais aimé que les choses se passent différemment, que mon parcours suscite enthousiasme et soutien, qu’on reconnaisse ma capacité à rebondir quand c’était nécessaire, à renaître quand je souffrais tellement que je me sentais détruite. Quand j’explique ce que je ressens, on me répond qu’il ne peut en être autrement. Alors je comprends que peu importe le choix que je fais, ce ne sera jamais assez bien.

Pardonnez-moi ces mots à maux, pardonnez ma fatigue et mon isolement. Pardonnez-moi le silence et les matins baignés de larmes. C’est parfois tellement difficile d’avoir la force d’être soi.

Mots doux printaniers

BLOG

Le temps file, et il y a cette impression de ne pas avoir écrit ici depuis longtemps. Une éternité.

Le printemps est arrivé, quelques jours d’un doux soleil chaud, auxquels succèdent des heures de pluie et de ciel gris. Est-ce que j’écris pour parler de la météo ? Je l’ai attendu, ce printemps, que mon corps se détente, que mon âme respire.

Il y a des larmes. Des torrents de larmes. Et des petites averses fendillées de jolis sourires. Quand des bras amoureux s’ouvrent pour que je m’y blotisse, en fermant les yeux. En sécurité.

Je suis en sécurité. Quel changement ! Je m’interdisais d’être heureuse et d’être moi. Aujourd’hui, je me découvre et me redécouvre, dans cette vie tissée d’un quotidien à deux, filée d’étincelles si lumineuses qu’elles crépitent longtemps dans mon cœur. Un amour pétillant.

Il y a ces créations. Ces couleurs et ces formes dessinées, quand mes doigts tiennent les crayons et la mine glisse, doux son du grain de papier. Petits Mots Doux, Petits Mots Doux. Murmurés par le vent chatouillant les nuages, par la pluie clapotant contre la fenêtre, par le chant d’une tourterelle, par la douceur de l’Amour, par la magie de la Vie. Une direction nouvelle, un souffle frais. Un travail ? Non, l’évidence, la conviction d’être à ma place, et d’offrir au monde ce que j’ai de meilleur.

Lundi matin, et la vie change…

BLOG

Lundi matin. La place s’anime aux sons des utilitaires qui se garent et déchargent leurs lots de marchandises, dans une petite heure on sentira le poulet rôti, et des adolescentes se précipiteront devant l’étal de bijouterie et produits cosmétiques. Assise dans le canapé, j’observe ces femmes d’un certain âge, le doux un peu voûté, le visage marqué par les années, les yeux pleurant de froid, se raconter les mêmes histoires, échanger les mêmes phrases et murmurer quelques mots sur les défunts de la semaine passée…

Ici, la vie s’écoule au ralenti. Ce n’est pas une grande ville, ni un petit village. C’est une commune de quelques milliers d’habitants qu’on pourrait assimiler à une cité dortoir, qui se démène pour ne pas perdre son âme. Des marins-pêcheurs, il ne reste que quelques bâtiments transformés, et les souvenirs que ma grand-mère répète à chacune de mes visites. Le samedi matin, il est fréquent que Papa apporte une salade de crabes et quelques filets de cabillaud qu’on mangera avec une julienne de légumes et du riz. J’ai toujours aimé marcher le long du chenal, respirant l’iode des embruns, jetant à la mer comme des bouteilles de SOS toutes les pensées sombres qui m’envahissaient. Aujourd’hui, c’est un chien que je promène aux abords de la plage, heureuse de l’observer courir au loin, chassant les oiseaux qui s’envoleront bien avant qu’il ne soit trop près, qui m’éclabousse en secouant ses longs poils frisés. Aujourd’hui, c’est main dans la main avec mon fiancé que nous marchons sur la jetée, là où le vent se fait plus frais, exposés, vulnérables car un mauvais pas pourrait nous faire plonger dans l’eau vaseuse, et pourtant si forts ensemble.

Lundi matin. C’est le premier lundi de cette nouvelle année. Je ne vais plus à l’école depuis quelques années, et je n’ai pas travaillé depuis plus d’un an. Pourtant, je n’ai pas le temps de m’ennuyer : se lever, nourrir les animaux, petit-déjeuner, balayer, lancer une lessive, faire la vaisselle et le lit, me doucher et me maquiller, étendre le linge, cuisiner un peu (voire beaucoup), écrire, promener le chien, prendre des photos, animer mes réseaux sociaux, ranger, voir une copine, faire coucou à mes grands-parents, aller voir maman et papa, nourrir les animaux de nouveau, aller dans le jardin avec le chien, ma routine du soir, rester un peu devant la télé, attendre le retour de mon amoureux, m’endormir… Et les jours défilent, et le temps passe. Et tout. Va. Bien. Il y a quelques semaines encore, je n’osais pas imaginer un futur professionnel parce que j’avais peur. J’étais paralysée. Et il y a quelques jours, j’ai déposé dans plusieurs boutiques une enveloppe avec un CV et une lettre de motivation. C’était la première fois que je me présentais ainsi, et j’avais le sourire, et naturellement, j’avais adopté une attitude déterminée.

La vie a changé. C’est l’année des projets : les désirs d’un bébé et du mariage prennent vie. Après deux rendez-vous chez la gynécologue, il s’agit simplement de « donner un coup de pouce à Mère Nature« , un petit traitement hormonal boostant le cycle. Nous avons décidé d’être patient pour nous marier en Automne 2020, en Normandie, là où nous nous sommes rencontrés. Nous souhaitons avoir un enfant, nous souhaitons nous marier. « Nous ». « Nous ». Si vous saviez comme j’ai attendu ce moment où « Nous » prendrait tout son sens. Ce « Nous » tendre et unique, ce « Nous » amoureux et passionné, lien d’amour entre deux personnes que rien ne pourra briser. Je suis chaque jour de plus en plus amoureuse, je ne m’y attendais pas aussi vite, aussi tôt, et Je. Suis. Heureuse.